Mister Moneybags de Vi Keeland et Penelope Ward

11 avril 2017

Elles ont encore réussi ! Vi Keeland et Penelope Ward publient beaucoup et on connaît bien maintenant leur mécanisme d’écriture mais malgré tout, il est difficile de résister à leurs histoires qui surprennent toujours à un moment ou à un autre.

Tout commence, comme d’habitude avec beaucoup de légèreté. Bianca est journaliste et doit interviewer un homme d’affaires extrêmement discret, au point qu’il n’a jamais montré son visage. Sans qu’elle le sache, elle va se retrouver enfermée dans un ascenseur en panne avec lui. Vous croyez déjà deviner ce qu’il va arriver et vous vous trompez. Non, pas de scène torride dans une minuscule cabine. Bianca va confier à son compagnon d’infortune qu’elle a de gros préjugés sur l’homme qu’elle doit rencontrer. Il préfère alors s’invente une autre identité. Commence alors une première partie rigolote mais plus profonde que l’on pourrait le penser : Bianca croit avoir rencontré un certain Jay, et va essayer de mener à bien son interview par le net avec Dex, l’homme d’affaires en question.

Ce n’est que le début d’une histoire qui comme d’habitude, va réussir à nous surprendre et à nous toucher. la seconde partie du roman est fort loin de la première. Il reste un thème commun dans toute livre : le mensonge, la fidélité et peut-être aussi les conséquences des erreurs des parents sur leurs enfants. C’est une réflexion intelligente qui est menée, sans aucun jugement. Si le rythme de l’histoire n’amène pas des révélations fracassantes, on sent lentement l’histoire dévier et si l’on peut se douter partiellement de ce qui va arriver, Vi Keeland et Penelope Ward ont plus d’un tour dans leur sac et poussent jusqu’au bout les surprises.

Une fois de plus aussi, les héros sont adorables et ont des rapports naturels, chaleureux, équilibrés qui charment totalement. Dex/Jay est superbe, beau, gentil et viril à la fois. C’est un combo redoutablement efficace. Quant à Bianca, elle est celle qui semble se faire berner mais elle fait face avec courage.

Le tout est raconté avec ces petits détails qui marquent toujours quand on lit de grandes auteures. Pour les fidèles de ce duo, vous retrouverez une amusante à une certaine chèvre – et son maître – qui est apparue dès leur premier opus. Mais il y en a d’autres. Et il y a ces dialogues, échanges de mails pu de SMS brillants, amusants.

C’est encore un excellent moment de lecture, sans faiblesse, très solide. C’est amusant et finalement loin d’être superficiel. On s’amuse, on sourit, on est touché par ce qui arrive. Parfait !

  • 9/10
    - 9/10
9/10

Résumé

I met Bianca in an elevator.
She was on her way to interview me when we got stuck.
The beautiful, raven-haired reporter assumed I was a delivery guy because of the way I was dressed.
She had no clue I was really Dex Truitt, the wealthy, successful businessman she’d dubbed “Mister Moneybags”—her afternoon appointment.
Bianca told me how much she hated Dex’s type—snobby, over educated, silver- spooned men who didn’t appreciate the simple things in life.
So, after the elevator finally started moving again, I cancelled the interview and let her believe I was someone I wasn’t—a bike messenger named Jay. I loved the way she looked at the fake me and didn’t want it to end.
I began dating her as “Jay”—all the while letting her interview the real me over email.
I didn’t expect that our chemistry online would be just as hot.
I didn’t expect the mess I’d gotten myself into.
I didn’t expect that Jay and Dex would fall in love with her.
And she was falling for two men.
Only, both men were me.
And when she found out, we were both going to lose her.
Nothing could have prepared me for that day. And I certainly wasn’t prepared for what came after.
All good things must come to an end, right?
Except our ending was one I didn’t see coming.

No Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.