Good Boy – WAGs – 1 de Sarina Bowen et Elle Kennedy

16 avril 2017

Voilà deux auteures particulièrement efficaces seules et qui forment un duo étonnant. Elles se sont associées pour écrire une romance MM et d’ailleurs, le livre commence par le mariage du frère de l’héroïne et de l’un des membres de l’équipe de hockey du héros. Ils sont très présents dans ce livre. Cette fois-ci, l’histoire est entre une homme et une femme et c’est une romance sportive autour de Blake, un robuste hockeyeur de l’équipe de Toronto et une élève infirmière. Si ce n’est pas le meilleur roman de ces auteures, selon moi, il reste très distrayant et très classique dans le genre.

Blake et Jessica ont déjà couché ensemble lorsque le livre débute mais Jessica, hyper stressée par l’organisation du mariage de son frère, a décidé qu’elle n’a pas le temps ni l’envie de se lancer dans une relation avec Blake. C’est le hockeyeur typique construit comme une armoire normande mais qui semble modérément intelligent et uniquement guidé son sexe. Il n’est pas très fin, Jessica a pas mal de doutes sur elle-même puisqu’elle a changé de métiers déjà plusieurs fois et se cherchent encore. Dans sa famille nombreuse, elle est celle qui semble le plus loin de la réussite. Elle n’est pas vraiment dans l’idée de passer du bon temps avec un type doué au lit et sur la glace mais pas plus futé que ça. Mais elle va apprendre à le connaître et derrière la façade brute de décoffrage, il y a un homme plus fin qu’on le croît.

L’histoire est d’un classicisme totale dans ce genre donc si vous croyez avoir deviné tous les rebondissements, vous n’êtes franchement pas loin de la vérité. C’est le point faible de cette romance, elle a déjà été écrite souvent et aussi bien. L’autre souci est que les deux auteurs sont un peu lourdes dans le portrait de Blake. Oui, il est content de lui, semble ne pas avoir la capacité de s’émouvoir de grand chose et à force de le marteler, on a du mal à nuancer l’image qu’on a de lui.

Mais il faut reconnaître à Sarina Bowen et Elle Kennedy un vrai talent pour tricoter une intrigue toute simple , une romance mignonne et très sexy entre deux personnages prévisibles et qui traversent les aléas cent fois vus de ce genre de relation. Cela reste amusant, chaud comme tout et très agréable à lire. Elles peuvent sans doute faire encore mieux. Le début est un peu lent mais permet à ceux qui ont lu l’histoire de Jamie et Wes de découvrir un très joli mariage. Il y a des passages très touchants entre eux. On voit également de très nombreux personnages secondaires car Blake a une famille nombreuse, comme Jessica et il y a « galamment d’autres membres de l’équipe de hockey de Toronto.

Ce n’est clairement pas la romance de l’année ni un chef d’œuvre pour les auteures mais c’est une lecture très agréable dans le genre.

  • 8/10
    - 8/10
8/10

Résumé

Hosting her brother’s wedding for an MVP guest list is the challenge of Jess Canning’s life. Already the family screw-up, she can’t afford to fail. And nobody (nobody!) can learn of the colossal mistake she made with the best man during a weak moment last spring. It was wrong, and there will not be a repeat. Absolutely not. Even if he is the sexiest thing on two legs.

Blake Riley sees the wedding as fate’s gift to him. Jess is the maid of honor and he’s the best man? Let the games begin. So what if he’s facing a little (fine, a lot) of resistance? He just needs to convince the stubborn blonde that he’s really a good boy with a bad rap. Luckily, every professional hockey player knows that you’ve got to make an effort if you want to score.

But Jess has more pressing issues to deal with than sexy-times with a giant man-child. Such as: Will the ceremony start on time, even though someone got grandma drunk? Does glitter ever belong at a wedding? And is it wrong to murder the best man?

No Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.