Pretty Woman ou la romance et la prostituée

13 mars 2017

Parmi toutes les représentations de la femme que la romance met en scène, voilà sans doute la plus controversée mais également celle qui donne le plus d’indication sur l’évolution de nos mœurs et de notre vision de la femme. La prostituée n’a apparemment rien à faire dans une romance et il vaut mieux dire tout de suite qu’on parle souvent d’une forme de prostitution qui n’existe pas forcément ou plus du tout aujourd’hui.

Dans un premier temps, expliquons exactement de quoi il retourne.

La prostituée est souvent confondue avec l’escort. Et même si chacune monnaye sa présence avec un homme, la différence est notable. L’une vend son corps, l’autre sa compagnie. Ce n’est pas du tout la même chose et il est assez désagréable de voir des lectrices faire cette confusion ou pire, porter un jugement moral sur l’une et l’autre. C’est malheureusement reprendre les mêmes schémas qu’une société a imposés il y a bien longtemps. la prostituée est plus une victime qu’une femme de mauvaise vie. Mais c’est un autre débat.

Si on parle de l’escort, c’est une métier comme un autre, plutôt lucratif qui expose parfois dangereusement les femmes à la prostitution, certes, mais pas forcément.

Dans la romance, la prostituée apparaît sous trois formes:

  • C’est la romance historique qui  s’est développée plus vite que la romance contemporaine qui utilise le plus cette figure féminine. Et c’est toujours négatif au départ. La prostituée est celle que le héros va voir avant de tomber sur l’héroïne et elle en a les caractéristiques opposées : elle n’est pas vierge, ni innocente, elle est machiavélique et prête à tout pour garder le héros qui non seulement est un bon coup au lit mais en plus a de l’argent. Elle est vénale, perverse et a souvent recours à la violence pour parvenir à ses fins. C’est la méchante de l’histoire. D’ailleurs, parfois, même si ce n’est pas un métier, les femmes mauvaises qui nuisent aux héros ont exactement les mêmes caractéristiques. La prostituée, une victime ? Non, pas dans cette version.
  • Parfois, exceptionnellement, on a droit à un portrait aussi faux, celui de la pute au grand cœur. Elle joue le rôle d’initiatrice et de protectrice d’un héros souvent plus jeune, sans espoir de garder son homme, justement à cause de son métier. Cette version est rare et le portrait souvent fugitif, elle disparaît dans l’ombre bien vite.
  • Et il y a le cas où l’héroïne est elle-même une prostituée. Pas facile à mettre en scène, car l’image du premier type de prostituée pèse lourd. Il faut absolument que du point de vue « moral », elle soit irréprochable. Elle est donc là une totale victime des circonstances ou des autres. Elle ne fait aucunement ce choix mais y est contrainte à la fois par ce qui se produit et sa générosité ; ou alors, elle tombe entre les mains de mauvaise personne qui vont l’y contraindre. Dans le premier cas, elle se prostitue car elle besoin d’argent pour sauver un membre de sa famille qui est en prison, malade… Dans le second, cela donne une version plus réaliste de la prostitution. Par exemple, Mary Balogh dans plusieurs romances historiques montrent des femmes que la pauvreté a conduit à vendre leur corps mais qui n’ont rien de mauvais. C’était aussi une façon d’avoir des héroïnes non vierges même si les auteures n’ont jamais eu peur d’inventer des prostituées sans aucune expérience. Pas très réaliste de les faire terminer dans un happy end avec le héros mais cela a pu se produire. Dans le cadre de la prostituée-victime, n’oublions pas celle que l’on trouve dans le Dark Erotica qui se retrouve là après un enlèvement. On est là, bien évidemment, dans la situation où elle est une totale victime.

Assez rarement est mise en scène la prostituée de luxe ou la cocotte, comme on disait autrefois. C’est pourtant celles que l’on connaît le mieux, celle qui reçoit un brin d’estime. Bizarrement aussi, on a assez peu de cas de prostituées à la Pretty Woman. Le succès du film, conte de fées typique de la romance, prouve pourtant qu’il y a du potentiel. C’est la fille pauvre et déclassée qui rencontre en guise de prince charmant, un milliardaire solitaire au grand cœur. Ce film a sans doute rendu plus facile la mise en scène de cette forme de prostitution dont je répète qu’elle n’est pas représentative du drame humain que cela peut recouvrir.

Il est également peu question de la forme de prostitution qui s’est développée ces dernières années par l’intermédiaire des réseaux sociaux, des sites pornographiques… Il reste encore un jugement moral fort contre ce genre de pratiques pourtant souvent  justifiées, elles aussi, par la pauvreté. Pas facile pour une auteure de montrer une jeune héroïne qui assume cette activité. Les lectrices n’ont pas forcément l’esprit très large à ce sujet. L’image de la prostituée ou de l’escort, quelle qu’elle soit, serait aussi anti-féministe. Je ne suis pas pas forcément d’accord avec cela. Il existe, qu’on le déplore ou non, des femmes – et des hommes d’ailleurs – qui jouent ce rôle. Une escort ne remet en aucun cas  en question mon féminisme. C’est un métier et les amalgames le rapprochent de la prostitution. Celle-ci pose beaucoup plus de problèmes mais une fois de plus, mettre en scène une prostituée ne revient pas  à en faire l’apologie. Sinon, un certain nombre de romans policiers peuvent être accusés de bien des choses.

Si on reprend l’adage qui veut que ce soit le plus vieux métier du monde et qu’elle concerne surtout les femmes, il est normal que la romance se soit réapproprié quelques aspects de la prostitution. Pas facile pour une femme sans doute d’écrire et lire sur ce milieu créé dans bien des cas pour le plaisir des hommes. Mais Pretty Woman ou certains livres qui exposent les difficultés voire les horreurs de ce contexte montrent que c’est loin d’être impossible. C’est un personnage féminin fort et là aussi, le silence de la romance est sans doute un peu facile parfois. Elle pourrait avoir un rôle de dénonciation de certaines pratiques et abus, à condition de ne pas tomber dans le jugement de valeur, qui lui n’apporte pas grand-chose.

No Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *