Dans un silence d’Abbi Glines

11 mars 2017

Quelle jolie et douce histoire que celle qui réunit West et Maggie ! Si vous avez envie de lire une très jolie romance douce et émouvante, n’hésitez pas. Nul n’est aussi doué qu’Abbé Glines pour mettre en scène de jeunes adultes typiques, ceux que l’on croise dans les romances. le petit plus ici ‘est l’infinie douleur qui touche les deux personnages. Cela donne un ton très particulier à cette histoire, d’une grande simplicité mais très touchante.

Maggie va débarquer dans une petite ville du sud des États-Unis. Elle rejoint son oncle et sa tante après un drame épouvantable qui a brisé sa vie. Son père, violent, a tué sa mère sous ses yeux. Depuis, Maggie ne parle plus et s’est un peu retirée en elle-même dans une sorte de monde bien à elle où elle n’a pas à répondre aux autres. Elle va rencontrer ainsi le meilleur ami de son cousin, West. Il appartient, comme le cousin en question et toute une bande de garçons à l’équipe de foot de leur lycée. Ils sont beaux, musclés, ont tout pour être heures, mais West vit un moment très difficile puisque son père, son héros, souffre d’une grave maladie et est en train de s’éteindre. Sans doute, la proximité de sur histoire va les rapprocher, mais peut-être y-a-t-il autre chose aussi.

Abbi Glines utilise une très vieille ficelle de la romance : deux héros, tous deux très malmenés par la vie vont se soigner réciproquement, s’aider. Maggie a un peu d’avance dans son malheur et elle a appris à gérer sa douleur, ce qui ne veut pas dire qu’elle n’en éprouve plus. West est dans ce moment particulier, peu évoqué dans la romance, qui est le début d’un deuil qui s’amorce alors que l’être aimé n’est pas encore parti mais lorsque les jours sont comptés et qu’il faut déjà envisager sa future absence. Cela suscite des moments doux-amers, très poignants. L’auteure n’en fait pas trop, elle n’insiste pas sur la lourdeur de son sujet. Elle montre simplement à coup de petites scènes émouvantes comment West va vivre ce moment particulier. Et il ne sera pas seul, puisque Maggie est là.

Le thème du roman va peu à peu dériver sur celui de l’amour/amitié qui naît entre eux. Auraient-ils été amis si West n’avait pas eu besoin de Maggie ? Est-ce de l’amour qu’elle éprouve ou de l’empathie ? En tous cas, leur évolution est très jolie, douce et d’une grande tendresse. Il n’y a pas de grandes émotions, ni des retournements de situations rocambolesques mais simplement deux ados à un moment crucial de leur vie qui apprennent à gérer un deuil, très différent, par ailleurs.

Le roman est très réussi, d’une grande simplicité aussi, dans le style, dans les scènes écrites. N’y voyez pas là du simplisme. Il y a beaucoup de questions soulevées et de sentiments évoqués. Cette simplicité apparente cache bien plus de profondeur que cela. le seul petit reproche que j’émettrais est une fin un peu rapide et une romance peut-être trop évidente mais c’est peut-être normal, le sujet est ailleurs.

On évolue dans un milieu, celui du lycée et il y a déjà une histoire différente qui se profile dans ce tome, celle du cousin de Maggie, Brady qui a visiblement rencontré déjà une fille un peu compliquée. Ils seront présents dans un troisième tome, le second étant consacré à un autre garçon de la bande.

En tous cas, c’est une jolie histoire grave et belle qui atteint tout à fait son but.

No Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *