In the Moment d’Alison G. Bailey

20 février 2017

Alison G. Bailey est une auteure discrète qui publie assez rarement des histoires souvent très personnelles, marquées par la maladie ou les aléas de la vie. Son dernier roman reprend beaucoup de ses thèmes fétiches mais est un peu court étant donné la gravité et l’importance que les héros ont à franchir.

Son héroïne, Cadence a quarante ans et vient de connaître deux années très difficiles. Elle a déjà découvert qu’elle souffrait d’un cancer du sein et dut faire face aux soins et aux perspectives difficiles qu’une telle maladie engendre. Puis, après être entrée en rémission, elle a fini par se séparer de son compagnon. La séparation s’est faite d’un commun accord mais a fini de la dépouiller de sa vie précédente. Quelques semaines après ce dernier évènement, elle va accepter de suivre une amie dans un club et accepter l’invitation à danser d’un homme bien plus âgé qu’elle, Luken.

Il existe de plus en plus de romances mettant en scène des héroïnes plus matures que les héros et cela change un peu. Cadence est aussi une femme passionnante qui a une carrière plutôt accomplie dans la finance et qui a dû affronter beaucoup de choses. Elle est forte et fragile à la fois, terriblement vulnérable après toutes ces épreuves. Le début du roman est très réussi dans le genre, et met parfaitement en scène son histoire.

Malheureusement, ce roman plutôt court va un peu perdre de son intérêt au fur et à mesure. La seule cause est que tout va trop vite étant donné l’énormité des problèmes soulevés. Bien sûr Cadence hésite totalement à se lancer dans une romance avec un homme de quinze ans son cadet mais elle cèdera bien vite et finalement, le regard que la société ou les familles porte sur ce genre de couples est totalement oublié. L’auteure ajoute en plus d’autres pistes. Luken est un homme jeune mais qui a sans doute une approche de la vie très différente que les autres à cause de son histoire familiale et personnelle. Tout cela aurait mérité d’être creusé mais est vite expédié en quelques lignes de dialogues entre les personnages.

Cela donne une impression de superficialité très dommage parce que tout est intéressant dans les problèmes soulevés : la féminité à retrouver après une maladie qui modifie la perception que ‘on a de soi, l’écart d’âge toujours difficile à vivre quand la femme est plus âgé que l’homme, les choix de vie de Luken, ce qui arrive dans sa propre famille… Aucun des sujets n’est léger et cela aurait dû donner naissance à une longue romance dense et complexe. Ici, nous avons un roman agréable mais qui laisse un peu sur sa faim. On se contente de découvrir le charmant Luken, un héros particulièrement intéressant. Cadence est tout aussi passionnante et atypique.

Alison G. Bailey n’a pas totalement atteint ses objectifs ici ; elle écrit cependant fort bien et je suivrai ses prochaines parutions.

No Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *