Fais-moi y croire – Croire 1 de Karen Ferry

22 février 2017

Voilà un roman étonnant qui  s’il n’innove pas trop dans les thèmes abordés devrait vous plaire grâce à ses héros et notamment le délicieux Daniel qui ne correspond pas vraiment aux critères habituels de la romance. Mais revenons au début !

Tout d’abord et c’est intéressant, nous allons suivre une jeune britannique qui a choisi délibérément de vivre au Danemark. Elle a vingt-trois ans et on comprend vite qu’elle adore voyager mais que faire ses études dans ce pays n’est pas qu’un pur choix personnel. Elle a fui quelque chose. Emma fait la fête, aime le sexe et porte en elle un terrible fardeau dont nous ne saurons la totalité que bien plus loin dans le roman. Mais elle a un lourd passé. Elle travaille dans une librairie, au milieu des livre dont elle raffole et pour un monsieur assez âgé qui va lui présenter un beau jour son neveu, Daniel. Entre en scène alors un héros comme vous en avez peu vu et c’est la force du roman. Daniel est une sorte de geek, grand et dégingandé, qui porte d’affreuses lunettes et des vêtements peu en rapport avec son âge – vingt-quatre ans. Daniel n’est pas très sûr de lui, a une fâcheuse tendance à s’emmêler les pieds et à tomber. Il est dyslexique et a une mémoire photographique. Bref… c’est l’anti-héros de la romance NA. A priori, il n’a rien pour plaire, mais il forme un mix intéressant. Et Emma va vite s’en apercevoir. Il est adorable et gentil. Il est vierge ( c’est dit très tôt dans le roman) mais pas dénué de libido et a le sens de l’observation. Ce mélange de maladresse, de décalage, d’intelligence et de gentillesse est assez létal. La pauvre Emma qui a accepté de lui servir de tuteur pour ses études d’anglais va vite s’en apercevoir. Ils vont devenir inséparables et avancer tous les deux avec leurs problèmes. Parce que si Emma a un lourd passé, c’est aussi le cas de Daniel. Parfois, cela va un peu trop loin et il y a une sorte d’accumulation de soucis pour tous les deux qui semblent insurmontables. Mais cela fonctionne plutôt bien.

Daniel est un atout pour le roman, Emma aussi. Elle est un mélange de vulnérabilité et de bad girl tout à fait saisissant et elle est à la fois bloquée et en en pleine évolution personnelle. La voir prendre des décisions pour se sortir des problèmes, se laisser peu à peu gagner par la confiance que lui inspire Daniel, ce type bien tout près d’elle est délicieux.

Le rythme de ce roman est assez lent parfois, tout n’est pas parfait mais il y a une sorte de fraîcheur dans l’écriture qui fait plaisir à voir. L’auteure a visiblement choisi de ne pas forcément suivre tous les critères de la romance même si les soucis des héros sont relativement classiques dans la romance NA. Elle sait en tous cas imposer son style et sa vision des choses. N’oublions pas l’intense sensualité du roman. Si Daniel revendique une inexpérience, il est vraiment un excellent étudiant et il se révèle dans ce domaine. Quant à Emma, elle a du mal à assumer ce qui se passe entre eux, ce qui donne lieu à des manœuvres d’approche longues, sexuellement très tendues, très explicites aussi. C’est un petit roman très chaud, donc.

Cette romance est une très bonne surprise qui sait trouver le compromis entre innovation et classicisme des thèmes du NA. Daniel est un héros différent mais charmant. Leur histoire est adorable, difficile mais douce à la fois. N’hésitez pas!

2 Comments

  • Flora Guillemin 16 mai 2017 at 13 h 27 min

    Super article, merci ! 🙂
    Je suis contente que tu aies aimé, j’ai beaucoup apprécier le traduire 🙂

    • Sylvie Gand 16 mai 2017 at 14 h 04 min

      Ah je n’en doute pas, aimer ce qu’on traduit facilité grandement les choses.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *