J’ai regardé la première saison de Outlander…

27 décembre 2016

Voilà la série qui a le vent en poupe depuis quelque temps. J’avais lu, en son temps, le premier tome de cette saga, dont je rappelle quand même qu’elle date des années 90, période où l’on aimait les time travels ( voyages dans le temps) et les héroïnes avec un petit pois dans le crâne. Je me souviens d’une lecture qui ne m’avait pas emballée plus que cela et je dois dire que de ce point de vue la série est conforme… Je ne suis pas enchantée. Alors, je vais vous donner mes impressions en précisant tout de même plusieurs points :

  • Tout d’abord, si vous ne voulez pas être spoilés sur la saison 1 de la saga, n’allez pas plus loin…
  • Si vous avez adoré et que vous détestez qu’on dise du mal de vos petits chouchous, n’allez pas plus loin…
  • Même si je vais être un peu sarcastique, j’ai regardé toute la saison ce qui montre que je me suis prise au jeu donc que quelque chose fonctionne aussi sur moi, mais seulement, j’ai du mal à comprendre l’engouement qu’on porte à cette saga loin d’être parfaite à mon sens.

Donc, l’histoire repose sur le transport dans le temps d’une jeune Anglaise, Claire, qui va soudainement, magiquement (et pourquoi donc ?) se retrouver propulsée dans l’Écosse du dix-huitième siècle, quelques années avant la funeste bataille de Culloden, qui annihilera la culture des Highlands…. Bon, OK, admettons.

Donc Claire se retrouve en Ecosse au dix-huitième, elle qui est née au début du vingtième et vivait en 1945 avant ce petit « incident ». Oh la la, l’horreur… Vous imaginez ? Des châteaux ouverts à tous les vents, dans cette région pas vraiment tropicale… Des Highlanders qui vivent selon des coutumes ancestrales pas vraiment ouvertes à l’égalité hommes/femmes… Et puis la vie quotidienne… Des robes qui vous engoncent, vous étranglent la taille, pas de médecins, des gens qui croient à la magie et aux sorcières… Et puis ça devait être cool aussi de croiser un Highlander après quelques journées de cheval à travers la lande, de manger de la bonne panse de brebis farcie, de se passer d’un certain confort qui existait déjà en 1945 … Vous vous imaginez en train de ne pas prendre de douche ni de bain, de surveiller vos arrières parce que, voilà, la lande n’était pas super sûre avec tous les Anglais qui occupaient la région et ses Écossais pas toujours accueillants…

Claire ? Elle n’a même pas l’ombre d’une question à ce propos. En à peu près cinq minutes, elle a compris où elle était et elle a déjà commencé à s’habituer. En gros, vous avez un time travel mais le sujet de ce voyage dans le temps n’est même pas abordé, Claire devient d’un claquement de doigt une bonne Ecossaise d’avant 1750.

Ah mais non… Claire est du vingtième et s’il y a une chose qu’elle n’admet pas, c’est de la fermer. Elle accepte tout, y compris d’épouser un autre homme ( nous reviendrons sur ce spécimen…), rien ne semble lui poser de gros problèmes d’adaptation mais elle ne se laisse pas faire, elle ne sera jamais soumise. D’ailleurs, de ce point de vue, elle est l’incarnation parfaite de la TSTL, l’héroïne « too stupid too live » ( trop bête pour survivre) qui a été la plaie des romances des années 90. Vous savez, c’est l’héroïne à qui on demande de ne pas bouger, de ne pas chercher à arrêter des méchants toute seule mais qui y va quand même. Claire fait ça quasiment à chaque épisode et provoque des catastrophes autour d’elle; ne prenons comme exemple que sa désastreuse envie de revenir dans son époque qui la conduit dans les bras des Anglais et qui obligera son bien aimé Jamie à venir la libérer au péril de sa vie mais étant donné qu’il est à peu près aussi fin qu’elle, ils se sont bien trouvés….

Parlons donc de Jamie. Donc lui c’est le beau gosse, le héros. Je soupçonne quand même que ce soit le principal voire l’unique attrait de cette série  sous sa forme papier ou sur l’écran. Jamie porte le kilt et à chaque épisode on se demande si on va enfin savoir s’il a quelque chose dessous…. En vain… Ne croyez pas que ça soit aussi simple… Jamie est roux, beau, avec un corps de dieu grec ( bon, l’acteur aurait peut-être dû arrêter de muscler ses deltoïdes et ses trapèzes depuis quelques années mais bon…) et il est puceau. Et pas fufute. Oui, vous avez bien lu… Il est puceau. Alors il est supposé être très jeune mais à cette époque, la valeur n’attendait pas le nombre des années étant donné qu’on mourait assez tôt et quoi… Il est super beau au milieu en plus d’un bande de mecs tous plus lourdauds les uns que les autres et pas aussi gâtés par la nature. Mais lui est vierge…. Bon… si vous voulez. Mais il est n’est pas très futé ou alors naïf ou très confiant. Enfin, pas futé quoi… Parce qu’il croit tout ce qu’on lui dit : qu’un mec avec un mine patibulaire va lui permettre de laver son nom ( Jamie est recherché par les Anglais, je vous passe la raison, ce n’est pas important) ; que le protecteur du mec qui lui en veut à mort et qui fout vraiment la trouille lui, va dire à son protégé d’arrêter d’embêter Jamie ( euh…) ; que sa femme vient du vingtième siècle… Oui, quand Claire se confie à Jamie et lui dit qui elle est vraiment… il réfléchit cinq secondes et demi et dit « je te crois ». Jamie… c’est beau la confiance mais tout de même… Et puis, il ne pose pas plus de questions… Il est délicat Jamie.

Bref, Jamie est joli à regarder, sa femme le pense aussi et craque grave pour lui mais ce n’est pas l’ampoule la plus lumineuse du lustre.

Ah ça, elle craque grave… Oui, l’autre attrait de la série c’est que c’est super chaud entre eux. Le puceau, comme il le dit lui-même, n’a jamais vu le loup mais il n’a pas été moine. Et il apprend vite. Donc il effleure Claire et c’est torridement sexy. On nous montre beaucoup nos deux acteurs dans le plus simple appareil. Mais bon, la jouissance au bout de deux coups de boutoir de notre beau Jamie, moi je veux bien mais c’est pas très crédible. Après je suppose que ça suffit pour satisfaire les yeux de les voir s’ébattre sur une peau de bête ou dans les fougères de la lande.

Et puis, il y a tout le reste… La pauvre Claire se retrouve souvent dans des histoires incroyables, elle a un talent pour ça. Jamie tourne les talons et hop, elle se se retrouve accusée de sorcellerie. heureusement il revient juste à temps pour la tirer de là. Enfin, pas vraiment, la copine de Claire se sacrifie… Après on n’entendra jamais Claire la remercier mais bon, c’est vrai qu’elle est déjà dans d’autres ennuis alors.

Et puis, il y a aussi les rebondissements incroyables. Claire essayait désespérément d’avoir un bébé avec son mari, Franck, celui du vingtième siècle, mais sans succès, donc elle se croit stérile comme toute bonne héroïne des années 90. Elle a été infirmière mais non, pas de doute, c’est d’elle que vient le souci. Claire… il faut être deux pour faire un bébé, ça pourrait éventuellement venir de Franck, ton mari de l’époque contemporaine. Et vous savez quoi ? Ben, c’est justement ça ! Parce que Jamie, lui, le puceau, il ne va pas mettre longtemps pour lui démontrer que le problème ne vient pas d’elle. Et vu qu’elle se balade entre deux époques, ça aurait été intelligent de ne pas, en plus de tout le reste, se retrouver enceinte… mais TSTL…

Et puis il y a des trucs de fou, encore plus que ce que je viens de dire… Franck, le mari, eh bien, il est très gentil mais son ancêtre, pas du tout. Et qui est cet ancêtre ? L’épouvantable Jack Randall, le très gros méchant, psychopathe, sadique, complètement perché, qui en veut à mort à Jamie et, en même temps, veut lui aussi savoir ce qu’il a sous son kilt. Et en plus, c’est le portrait craché de Franck… pas facile pour Claire… Il lui ressemble tellement d’ailleurs qu’il est joué par le même acteur, génial, au demeurant, de loin le meilleur dans les rôles principaux. Et comme les réalisateurs sont des petits rigolos, ils nous ont fait une petite blague. Le vilain Jack apparaît en full frontal, lui ( c’est à dire entièrement nu, de face), et pas Jamie… Pas encore en tous cas!  Alors, il est pas mal Jack mais ce n’est pas Jamie dont on sait simplement qu’il doit être vraiment roux étant donné qu’on distingue tout de même à quelques occasions… Bref, vous avez compris.

Pour donner un côté Game of Thrones à la série vous avez droit à des scènes très violentes et d’un réalisme un peu dérangeant…mais ce n’est pas le pire si j’ose dire.

Je suis arrivée à la fin de cette saison 1 avec l’impression que l’aventure et la passion étaient bien là, la vraisemblance ( même si on accepte qu’on peut voyager dans le temps) et la rigueur n’y sont pas. En plus ce genre d’héroïnes faussement fortes, qui montrent leur indépendance en faisant n’importe quoi et en tapant du pied… L’honneur féminin est sauf quand Claire remet vertement à sa place l’ex-puceau qui a eu l’outrecuidance de lui coller une raclée, selon les mœurs des Highlanders. D’ailleurs, elle est tout à fait d’accord pour défendre l’Écosse et ses traditions mais pas trop celle-là. On la comprend mais, ce n’est pas très cohérent.

Pleine de bonne volonté, j’ai entamé la seconde saison avec un premier épisode qui m’a un peu calmée. Sur le champ. Parce que là, on monte d’un cran. Notre Claire propose à son mari, Jamie, de changer le futur puisqu’elle sait ce qui va se passer ( enfin, pas trop, l’historien de la famille, c’est Franck et elle ne l’écoutait que d’une oreille quand il parlait de cette époque). Jamie fidèle à lui-même et se souvenant sans doute qu’elle fait la gueule longtemps ( et qu’il est alors à l’hôtel du cul retourné…)  quand elle est contrariée, accepte tout de suite. Ben tiens, ça serait pas sympa de changer l’issue de la bataille de Culloden… Bon, dans le même épisode, l’auteure sans doute effrayée des conséquences que prendrait l’affaire nous fait bien comprendre que ça va pas être possible. Cela donne lieu à quelques scènes d’anthologie d’ailleurs… Comme celle où Jamie , le sourire aux lèvres, lui dit: eh bien, pourquoi pas changer le cours de l’histoire ? Il est gentil Jamie, il aime faire plaiir à celle qu’il aime et quoi… ça fait un projet commun à mener… Dangereux ? Ah oui, un peu, mais Jamie n’est pas du genre à fuir l’obstacle ( ou à réfléchir longuement).  Du coup, je vais faire une pause avant d’enchaîner, peut-être, sur la suite, parce que ma patience a des limites ( et accessoirement  le couple est maintenant en France donc que les kilts ont disparu !). Signalons juste que Claire ne change pas et vient encore de se mettre, elle et toute la famille de Jamie, dans le pétrin. La routine quoi….

 

No Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *