What Might Kill Us – Devil’s Dust MC – 5 de M.N. Forgys

10 novembre 2016

what-might-kill-usUne bonne romance biker c’est finalement assez rare. Entre les imitations plus ou moins réussies de Sons of Anarchy ou de celle de Madeline Sheehan et celles qui ne font qu’effleurer ce monde particulier, nous sommes souvent déçus. M.N. Forgy n’a aucun de ces deux problèmes et signe ici un tome qui se lit fort bien tout seul sur le président d’un club de biner, Bull, alcoolique et malheureux qui va tomber sur une jeune Latina qui va changer sa vie.

Bull est le président du club et si vous ne voulez pas savoir des éléments importants sur cette série, mieux vaut ne pas lire ce tome en premier ni même cette chronique. Le roman est très compréhensible seul mais vous apprendrez sans doute beaucoup de trop de choses. Bull, au début du roman, est un peu au bout du rouleau. Il a perdu sa compagne  ou celle qu’il voulait pour compagne dans un livre précédent. Seul, accablé de regrets, il a sombré dans l’alcool et a du mal à remonter la pente. C’est par hasard qu’une jeune femme va le mettre sur la piste du gang responsable de la mort de celle qu’il aimait. Il décide de la retrouver pour en savoir plus. Cette jeune femme s’appelle Anehi et elle est membre, bien contre son gré, d’un gang qui trafique de la drogue entre le Mexique et les Etats-Unis. Elle a d’ailleurs joué le rôle de mule pour eux, c’est à dire qu’elle a aidé, là aussi, contre son gré à convoyer la marchandise illégale. Prisonnière, obligée d’obéir, Anehi n’attend qu’une chose, une possibilité de fuir qui semble impossible.

On plonge très vite dans cette histoire qui évoque avec une réalisme parfois saisissant la réalité à la fois d’un gang qui trafique et d’un club de bikers. Sans faire un romantic suspense, M.N. Forgy évoque avec beaucoup d’aisance ce monde particulier, violent et où on ne ménage personne même pas les femmes. On retrouve aussi l’habituel fonctionnement d’un club de bikers avec son organisation très hiérarchisée, les valeurs spécifiques des clubs et leur goût pour les femmes et les trafics en tout genre. Evidemment de nombreux personnages ont eu leur histoire déjà. L’auteure a construit plusieurs séries qui s’entrecoupent et il semble y avoir bien des détails à apprendre.

Le livre n’est pas très long et les évènement s’enchainent parfois un peu vite. de plus, l’histoire reste très focalisée sur le couple. Toutefois, l’intrigue est très cohérente, solide et garde son côté violent et sombre. Les deux héros sont très attachants. Anehi est une très jeune femme par rapport à Bull qui, bien que grand-père est encore relativement jeune ! Mais elle a une maturité bien plus imôrtante due à ce qu’elle a déjà subi. Quant à Bull , en homme lassé de tout et de sa vie en premier lieu, il reste très séduisant et solide. Si on retrouve une ambiance plutôt macho, c’est toujours le cas chez les bikers, Anahi a beaucoup de caractère et les quelques personnages féminins que l’on croise en ont tout autant.

Bref, cela donne une très bonne romance du genre et si vous aimez ce mélange de mâles alphas, de violence, sur fond de trafics divers, vous serez satisfaits. Quant à cette auteure qui écrit plusieurs séries dans ce genre, elle donne envie de se pencher sur sa backlist au plus vite.

  • 8/10
    - 8,5/10
8/10

Résumé

Brotherhood is what Bull bleeds and all that he knows.
Being the king of The Devil’s Dust and surrounded by easy women was his everyday… until having his heart broke rooted him to the bottom of a whiskey bottle.
Heartbroken, and drowning in lost memories he’s unsure of the direction of his life, when the answer – consisting of a terrified Mexican girl- nearly knocks him off his feet.
Determined to get his act together and rectify his club, he rides to Texas for answers, only to be confronted with the emotional ghosts he isn’t ready to deal with.
He sees Anahi, and he wants her.
But she may come with more baggage than Bull is ready for.

Anahi used to be prim and proper. She used to wear dresses and keep up appearances to impress people she didn’t know. I guess you could say she was a fucking lady.
But that was when she lived in Mexico with her parents.
Before her uncle turned on her.
Before, the only man she ever loved, her step-brother, betrayed her.
Before she was forced to be a drug mule for the Cartel.
Evening gowns a lost memory, expensive heels traded for boots, and a nine millimeter in her hand instead of a limited edition purse. Anahi sets aside everything she’s ever known including the fairytale stories her mother told her about America.
She’s angry, determined, and looking for a way out.

No Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.