The Black Room – Door One – de Jasinda Wilder et Jade London

20 novembre 2016

the-black-room-1Jasinda Wilder consigne avec une inconnue, Jade London,  cette nouvelle série purement érotique dont le concept est passionnant et … lucratif!

Imaginez que vous vous réveillez dans une pièce sans savoir qui vous êtes ni ce que vous faites là. Vous êtes dans le noir et après quelques temps, le peu de lumière que vous avez réussi à trouver vous indique qu’il y a huit portes dans cette vaste pièce, toutes différentes et ouvrant sur … vous ne savez quoi. Nous sommes dans une série érotique, vous pouvez légitiment en déduire que chaque porte va conduire à quelques plaisirs charnels et vous avez raison.

Notre héroïne ne va pas hésiter à pousser la première porte pour y découvrir… je vous laisse deviner qui et quoi.

Ce premier opus de ce qui est une série de nouvelles en huit parties intrigue énormément. Il faut bien reconnaître que l’idée est géniale. Nous pénétrons dans un monde mystérieux et sophistiqué où l’héroïne est privée de tout repère. Non seulement, elle ne sait plus qui elle est mais il ignore pourquoi elle est là, qui sont les personnes qu’elle va rencontrer et ce qui se trouver derrière ses portes. De plus, la première scène érotique qui occupe la quasi totalité de cette nouvelle est basée aussi sur la privation de repères puisque elle passe une partie du temps, le soyeux bandés, attachée. Je n’en dis pas plus car ce que vit la jeune femme est une sorte de fantasme.

C’est aussi la limite du concept. La scène écrite est belle, brûlante. Le partenaire de l’héroïne a tout d’un guerrier hyper viril, hyper alpha. Si l’on est sensible au fantasme qu’elle vit et à ce type de personnages, nul doute que la nouvelle est excellente. Si ce n’est pas le cas, on a juste une scène sensuelle très longue et très décrite sans aucun autre élément qui bien sûr, seront certainement révélés plus tard. Il reste sit portes qui n’ont pas été ouvertes, rappelons-le.

La curiosité me poussera certainement vers le second opus, mais pas forcément au bout des suivants. On verra si les deux auteurs arrivent à nous captiver suffisamment pour cela. C’est possible mais n’attendez pas grands sentiments ni fortes émotions, cela n’a pas l’air d’être le but du tout.

No Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *