Say you want me de Corinne Michaels

1 novembre 2016

say-you-want-meCorinne Michaels a un talent particulier pour la romance contemporaine et écrit des romances souvent profondément touchantes qui vous emportent dans un tourbillons d’émotion. Si ce roman, semble commencer sur un autre mode, il ne joue pas la carte de l’humour et de la légèreté tout le temps et clairement, l’auteure est brillante quand elle parle de sujets graves.

Ce roman est le second d’une série qui revient à un vieux thème un peu abandonné ces derniers temps: le retour à la campagne ou à la petite ville natale avec ses côtés chaleureux mais aussi ses habitants pittoresques et ses limites : pas de Starbucks dans l’Amérique profonde par exemple. Le premier opus nous avait mis en présence des frères Hennington, tous plus séduisants les uns que les autres. Les deux héros ne sont pas donc pas forcément inconnus si vous aimez cette auteure. Angie et Wyatt ont déjà fait leur apparition dans le tome précédent. On peut lire celui-ci sans problème si on ne connaît pas le premier, mais ce serait bien dommage puisqu’on retrouve pas mal de personnages connus.

Si on reprend l’idée que l’auteure est capable de coupler la romance la plus chaleureuse et rose avec des évènements plus graves, elle emprunte le chemin opposé de celui qu’elle a choisi pour le premier tome. Tout commence de façon plutôt légère avec une des plus vieilles ficelles de la romance. Personnellement, je souffre un peu le martyr quand je vois un auteure nous la resservir mais Corinne Michaels s’en sort plutôt bien. Vous aurez sans doute deviné ce qui ramène Angie, la fêtarde joyeuse, très citadine au fin fond du Tennessee très rural. Peu importe, elle va y retrouver un homme avec qui elle a eu quelques rencontres très agréables, Wyatt. Et comme elle doit repenser un peu son avenir, elle va décider de  tester en même temps, la vie à la campagne, auprès d’un homme qui lui fait pas mal d’effet. Cette première partie est délicieuse, une sorte de longue scène de séduction mutuelle d’Angie et Wyatt. Rien ne nous est épargné depuis l’adaptation parfois un peu compliquée d’Angie à la vie rurale jusqu’à sa rencontre avec les dames d’un certain âge du coin. C’est assez convenu, c’est le seul défaut qu’on peut trouver à cette partie du roman mais c’est délicieusement sensuel, amusant et chaleureux. cela donnerait presque envie d’aller s’installer dans le Tennessee et de se dégotter un cowboy.

C’est Wyatt l’atout principal du roman, plein de ce charme qu’on associe aux hommes du sud. Il travaille dehors avec tout ce que ça implique de muscles durement gagnés et de sueur dégoulinante. Il est attention et adorable comme on peut l’attendre et le charme qu’il déploie auprès d’Angie est irrésistible. Quant à elle, c’est une fausse grande gueule, beaucoup plus sensible et vulnérable qu’on peut le croire. L’auteure joue sur le côté décalé, se moquant gentiment de cette jeune femme qui a peur des parties de pêche, s’ennuie à ne rien faire…

Heureusement, l’auteure va pimenter son récit un peu plus encore, introduisant un twist qui va permettre d’approfondir encore les personnages. Son ton évolue mais tout cela demeure très juste, très solide et fort.

Il est difficile de résister au charme d’une telle romance. Elle n’utilise pas forcément les ressorts les plus à la mode aujourd’hui. Les héros sont plus âgés que de coutume, plutôt dans la fin de la trentaine, mais cela fonctionne totalement. L’écriture et le charme, la densité des héros comptent sans doute pour beaucoup.

Evidemment, l’auteure prépare la suite avec des personnages secondaires qui commencent à monter en puissance. On sent qu’un triangle amoureux va se dessiner. Inutile de dire que je lirai avec grand plaisir la suite de cette série aux romans indépendants. Corinne Michaels maîtrise totalement ce genre et on peut compter sur elle pour réussir à tous les coups.

  • 9/10
    - 9/10
9/10

Résumé

There’s no way I’ll fall for Wyatt Hennington.

He can keep his Southern drawl, irresistible smile, and those pick-up lines all to himself. I made the mistake of sleeping with him not once, but twice. I’m not stupid enough to give him round three, especially after he left me in the middle of the night so I could see myself out. I vow to return to Philadelphia and forget him.

It proves easier said than done.

When the doctor informs me I’m the winner of door prize number two, I put my life on hold and head back to Bell Buckle. Three months and if we can’t make this work, I’m gone.

The problem is—when the cards are stacked against us, and I can’t bring myself to leave him, I’ll finally know if he truly loves me or if all my fears were real . . .

No Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.