Love Chef de Battista Tarantini

27 novembre 2016

love-chefJ’avais été profondément séduite par la première trilogie de Battista Tarantini qui se déroulait dans le milieu rare de l’aviation américaine. Je l’ai suivie avec un peu moins de conviction dans celui du tennis ( Sevi a droit d’ailleurs a un petit clin d’œil) et là revoilà dans celui de la cuisine de haut vol et des concours de chef. Ce qui est très intéressant, c’est que le contexte changer mais que l’on retrouve ce qui fait la force de cette auteure, c’est à dire des personnages forts et intenses.

Santa est une jeune femme corse qui occupe déjà un poste important dans un grand restaurant tenu par celui qui est à la fois son sauveur et son mentor. Santa va participer à un concours de cuisine télévisé comme on en connaît déjà pas mal, qui n’accueille pas des amateurs éclairés mais de jeunes professionnels qui veulent progresser encore dans leur métier. Elle va rencontrer à cette occasion le beau Rafael, un chef d’origine argentine, qui la trouble immédiatement. Rafael est un concurrent mais ce n’est pas le principal souci de Santa qui n’a pas spécialement envie de gagner la compétition au départ. Santa est une jeune femme qui se cherche encore et ne sait pas trop si elle parviendra à dépasser les traumatismes de son passé et quelle voie elle veut suivre exactement dans son métier.

Le concours de cuisine va servir de fil directeur à la romance, sans trop prendre d’importance, laissant la place à de larges moments consacrés aux deux héros. Comme très souvent, ils sont parfaitement réussis avec une petite mention spéciale pour Santa, cette fois. Si Rafael est à tomber, il laisse pourtant la première place à cette jeune femme sensible, émotive, intelligente. Il est moins lumineux qu’elle, presque, même si son histoire est très touchante. Mais il s’affirme de plus en plus au fil des pages. Santa touche beaucoup et Rafael n’a pas une seule chance contre elle, bien évidemment ! Alliés, concurrents, amants, leur liaison est plus complexe qu’il n’y paraît au départ. Je l’ai trouvée parfois un peu moins forte que d’autres lues sous la plume de l’auteure mais elle reste palpitante et intense. Ce duo qui évolue est une excellente idée. Les voir se confronter, à égalité, dans ce qui est leur profession et leur passion est parfaitement réussi.

En effet, il se noue une jolie histoire entre Rafaël et Santa. Tous deux ont un rapport particulier à la cuisine qui leur vient de leur goût pour la gastronomie mais également de leur histoire personnelle. Peu à peu, Battista Tarantini sème des informations sur le passé des deux héros, sur ce qui les a conduits à se rencontrer dans le cadre de ce jeu. C’est très bien fait même si l’on peut deviner où cela va aller. Cela rajoute à la belle et forte histoire d’amour un petit côté désespéré et compliqué tout à fait bienvenu. Comme un dernier ingrédient nécessaire pour parfaire une recette !

Leur romance est, comme on pouvait s’y attendre, très liée au monde de la cuisine. L’inventivité, la créativité, la sensualité que la cuisine peut engendrer sont très présents et une fois de plus le travail de Battista Tarantini pour construire ce contexte est très bon. On y croit, on a envie de goûter les plats proposés. Ils sont audacieux et les saveurs et les odeurs sont particulièrement mis en valeur. L’auteure parvient même à éviter quelques clichés réservés habituellement à ce genre de romance culinaire. Il faut dire que cela va bien au-delà.

On ressort de cette lecture avec, dans la tête,  des images colorées, des odeurs, l’envie de faire un festival de saveurs. Du côté de la romance et de la passion, les héros tiennent leurs promesses, les personnages secondaires, aussi, avec une petite mention spéciale pour Archi ! Un roman indéniablement réussi.

 

No Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *