Burning Dance – 2 de C.S. Quill

17 novembre 2016

burning-dance-2Voilà donc la conclusion de l’histoire de Sin et Jolan, commencée dans une première partie électrique, tendue et parfois glauque. Ne lisez pas cette seconde partie sans connaître la première, ce serait perdre tout le sel de ce roman. Dans le premier opus, Sin et Jolan se sont rencontrés. Danseurs tous les deux, ils se retrouvent à partager le même toit après que Sin a pris la place d’une amie dans la colocation de Jolan. Tous deux trimballent un lourd passé et un mal-être qui a pesé lourd sur la première partie. Sin semble aux prises avec un passé cauchemardesque et n’est là que pour préparer un grand concours de danse. Elle est solitaire, en colère contre le monde entier, écorchée vive. Quant à Jolan, il a pas mal de soucis et surtout une façon bien à lui de les régler. Le sexe lui sert de détressant, art de vivre… Sin et Jolan ont au moins ce terrain d’entente et pas grand chose d’autres. À la fin du premier opus, Jolan a fait tomber un peu de la carapace de Sin, mais tout reste à découvrir.

Ce second tome est sensiblement différent du premier. C’est celui des révélations et des masques qui tombent. Et il y a beaucoup de travail car derrière l’apparence des deux héros, il y a des gouffres où ils ont sombré avec un passé plus que lourd qui les empêche d’avancer. Le timing est celui du concours. Sin est arrivé neuf mois avant, ce chiffre n’est évidemment pas un hasard, pour se préparer. C’est cette dernière période qui nous est offerte. Et que de révélations ! L’histoire prend tout son sens y compris cette sorte de torture qu’est le langage plus que fleuri des personnages et notamment de Sin. On le comprend mieux et il est un peu moins violent dans ce tome car justement les choses changent.

Et c’est bien l’amour qui va naître entre Jolan et Sin. Il apparaît là où les héross eux-mêmes pensaient que ne repousseraient jamais plus rien, sur un terrain brûlé. C’est toujours aussi intense, fort et imagé. L’émotion est bien plus forte dans cette seconde partie car ce qui est arrivé est épouvantable et on mesure le chemin déjà parcouru, surtout par Sin, et celui qu’elle va devoir faire dans ce livre. Jolan est différent. Dès le début du lire, il a mieux compris qui était Sin, et il veut l’aider. Cette transformation est aussi touchante que réussie.

Alors, tout n’est pas parfait mais le style de l’auteure, décomplexé, brutal, parfois est très efficace et sert bien cette histoire. Il reste encore à améliorer certaines transitions, évolutions des personnages mais parfois, certaines scènes sont à couper le souffle notamment quand la danse entre en jeu. C’est une histoire en tous cas marquante et forte, servie par un style très personnel qu’on remarque et que l’on n’oublie pas.

 

No Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.