Pretty Wife de Cécile Chomin

9 octobre 2016

pretty-wifeJ’aime beaucoup le style de Cécile Chomin. Elle réussit souvent des comédies romantiques décalées et folledingues que peu d’autres auteurs pourraient réussir. Dans ce dernier roman, elle reprend un bon vieux thème de la romance , très très souvent exploité, le mariage arrangé et réussit à se le réapproprier avec aisance. Le ton est peut-être un peu moins dingo que dans d’autres de ses romances mais cela fonctionne plutôt bien. Le titre, fait évidemment allusion à Pretty Woman mais c’est juste une référence lointaine, même si notre héroïne va avoir quelques petits moments qui rappelle le film.

À  la suite d’une erreur d’adresse, Charlize, une jeune veuve d’une trentaine d’années va débarquer dans l’appartement d’ un riche homme d’affaires, Guillaume Garon. Le quiproquo va conduire rapidement à une curieuse proposition, un contrat de mariage pour donner une nouvelle image au très coincé, Guillaume. Pour une fois, c’est le héros, complètement absorbé par son boulot et presque handicapé socialement qui a besoin d’aide. Si la vie de Charlize s’est écroulée peu de temps auparavant, elle a retrouvé un certain équilibre, mais ses finances ne sont pas vraiment au top. Là voilà tentée par l’aventure.

le début est hilarant et de nombreuses scènes le sont ensuite dans le livre. Il y a notamment un dîner au restaurant absolument incroyable où Charlize va accumuler les gaffes. Cécile Chomin se sort admirablement bien de tous les dialogues, où les héros échangent sur le mode du tac au tac. Charlize n’a jamais eu la langue dans sa poche et a un amour bien particulier. Guillaume n’est pas vraiment le marrant de la bande mais il sait répliquer et se détendre. Pour une fois, l’équilibre entre les héros est parfait. Si Charlize arrive dans une position apparemment inférieure, Guillaume a besoin d’elle. Certes, il est riche et dominateur au travail, bien moins dans sa vie sociale. Nous aurons ainsi droit à une séance de relooking qui, exceptionnellement, n(est pas celui de la pauvre héroïne issue de la plèbe. Non, Guillaume doit apprendre à se coiffer et s’habiller. Intéressant.

J’ai beaucoup aimé ce couple et notamment Charlize, qui raconte son histoire et dont on distingue très bien le point de vue. Elle est drôle, énergique. Guillaume, et c’est très dommage, est moins attachant, car on le distingue fort peu. Il n’est vu qu’à travers les yeux de Charlize et il a visiblement un énorme potentiel. Le peu que l’on sait de lui est presque frustrant. J’ai également un peu tiqué sur la construction de la romance. Le prologue ne sert qu’à induire en erreur le lecteur sur ce qui va arriver au cours du roman. Quant à l’histoire, très simple, elle s’attarde sur le début de l’intrigue pour accélérer très vite vers la conclusion. Charlize et Guillaume s’étaient promis de respecter les termes d’un contrat qui ignore tous des sentiments et de l’amour. On se doute évidemment que cela ne tiendra pas mais tout cela va débarquer dans l’histoire sur le tard sans qu’on ne voit très bien d’où cela provient. En quelques chapitres décousus, Charlize et Guillaume vont évoluer.

Cela frustre d’autant plus que les scènes que j’ai évoquées plus haut sont vraiment brillantes et que Cécile Chomin réussit à nous faire adhérer à cette vieille lune qu’est le mariage arrangé toujours largement improbable et qu’elle donne un tour très vite, très amusant à son histoire. On passe un bon moment, en se disant qu’on aurait pu en passer un excellent. C’est un peu dommage.

 

  • 7/10
    - 7,5/10
7/10

Résumé

Il a besoin d’une femme.
Elle a besoin d’argent.

Pour Charlize, la vie est loin, très loin d’être un conte de fées. Depuis le décès de son mari, c’est même plutôt un film catastrophe, dans lequel elle doit se battre chaque jour un peu plus pour élever seule leur petit garçon malgré son maigre salaire d’agent immobilier. Mais voilà que le destin lui offre, sur un malentendu, une occasion inespérée : se faire passer pour la fiancée de Guillaume Garon. Certes, Guillaume Garon est un homme odieux dont le charme s’efface très vite devant son obsession pour le travail et sa mauvaise volonté pour redorer son image ; certes, en acceptant cette proposition, elle s’engage à assurer un rôle de parfaite épouse pour les cinq prochaines années… Mais ce n’est pas comme si elle avait une vie sentimentale ; et puis, ce contrat lui permettrait de résoudre tous ses problèmes d’argent et d’assurer l’avenir de son petit garçon. Alors… c’est parti pour la mission Pretty Wife ?

Wrap Up

  • 7.5/10

Pros

Cons

No Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.