The only gold de Tamara Allen

4 août 2016

the only goldTamara Allen est une auteure rare et c’est très dommage, ses récits sont des petites merveilles à savourer et uniques dans la romance MM. Cette auteure n’a pas sa pareille pour vous offrir une romance historique passionnante. Avec une richesse de détails incroyable, une intrigue originale puisée dans sa connaissance d’une époque et le tout associé à une romance dépourvue de scènes de sexe explicites, mais où les sentiments sont tellement bien retranscrits que vous pouvez les visualiser.

Le récit se situe vers la fin du 19e siècle sous la présidence Cleveland, cette période où l’Amérique est à mi-chemin entre l’ancien temps et le monde moderne. Une Amérique encore empreinte de bonnes mœurs, ou un gentleman doit faire attention au moindre de ses gestes, utiliser un langage châtié et où une attitude compassée est la bienvenue. Jonah Woolner en est un pur représentant, bien qu’issu d’un milieu très modeste, il s’est hissé tout seul à force de travail dans la hiérarchie bourgeoise. Ne vivant que pour son travail de trésorier adjoint dans une banque qui vient d’atteindre le statut national. On peut le considérer selon nos critères actuels comme un vieux garçon, mais à son époque, il était simplement un homme de 30 ans qui n’avait pas encore trouvé la bonne personne. Il vit dans une pension de famille parmi des personnes qui au fil des ans sont devenues une sorte de famille, l’arrivée du fringant Reid Hylliard va bouleverser sa vie de bien des façons.

Reid Hylliard est l’opposé du rigide Jonah, ce qui ne va pas les empêcher de se rapprocher. Après de la méfiance, une certaine forme d’amitié va se développer entre les deux hommes, puis une relation amoureuse passionnée. Si dans la première partie, Reid semble véritablement être ce trésorier un peu excentrique, aux mœurs libres et aux fréquentations particulières, sa connaissance des bas-fonds finit par vous mettre la puce à l’oreille. Mais, le coup de théâtre que vous offre la seconde partie vous prend de court et l’aventure qui s’en suit vous entraîne dans une aventure dont vous aurez du mal à vous détacher.

Impeccablement écrit, le récit n’est pourtant pas parfait, il subsiste certaines longueurs qui alourdissent un peu le récit. Tamara Allen possède une tendance à trop détailler certains événements vous submergeant dans des descriptions certes intéressantes, mais qui ne sont peut-être pas vraiment utiles au récit. Le second point qui m’a un peu gêné, c’est Jonah, bien qu’il soit sympathique, son attachement forcené à sa banque le conduit à avoir des réactions disproportionnées, limite ridicule. L’auteure a un peu trop forcé ce trait de caractère le rendant un peu benêt dans certaines situations, ce qui est dommage.

Quoi qu’il en soit, cela reste une histoire superbe pour toutes lectrices aimant la romance historique MM.

No Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *