Regina – Jeu, Set et Match – 2 de Battista Tarantini

27 août 2016

reginaLe premier tome de ce duo de roman avait eu le mérite de nous plonger dans le monde du tennis, assez peu abordé dans la romance surtout francophone. Battista Tarantini a un vrai talent pour mettre en scène des personnages masculins à la personnalité forte, parfois flamboyante et le premier tome n’avait pas failli de ce point de vue. Sevi, son champion de tennis à la carrière finissante était brillant, dangereux, séduisant. Il était resté presque trop en retrait dans le premier opus, centré sur un triangle amoureux un peu longuet. Ce second épisode est beaucoup plus incisif, intéressant et centré sur ce qui fait l’atout de l’écriture de Battista Tarantini.

Nous avions laissé nos héros enfin ensemble après de longs atermoiements de l’héroïne qui se mentait beaucoup à elle-même et à celui qui était devenu son amant. Sevi, le tennisman russe a fini par l’emporter et les voilà partis pour la dernière saison de ce lui que l’on surnomme bien évidemment, le Tsar. Mais, Sevi a beaucoup de choses à prouver, à se prouver à lui-même, les ennemis sont aussi nombreux autour d’eux et tout cela se déroule sous les regards avides de la presse. le décor est planté, vous pouvez emboîter le pas à ce couple de feu dans un voyage qui va leur permettre de sillonner l’Europe, les USA, dans les tournois de tennis du grand Chelem de tennis. Nul besoin de connaître ce sport ni même de s’y intéresser. Si le sport est évoqué avec précision, l’essentiel se passe entre les deux héros, enfin réunis.

L’intrigue est assez simple et facile à deviner. Sevi et Ella ont réussi à se faire pas mal d’ennemis et les gens n’aiment ni la réussite ni le bonheur, ils vont donc avoir fort à faire. Le point le plus original et de loin, le plus intéressant et le soupçon qui plane depuis le premier tome sur le succès phénoménal de Sevi, pourtant déjà âgé de trente-quatre ans. Aborder, et avec courage en plus, cet aspect du sport est passionnant et rend toute la dernière partie du roman tendue à souhait. La première est plus classique, avec une Ella très jalouse, un Sevi qui ne l’est pas moins.

Le couple est une grande réussite, surtout grâce à Sevi. C’est Ella qui raconte leur histoire ( sauf pendant l’épilogue) et nous le voyons à travers ses yeux. J’ai déjà souligné à quel point Battista Tarantini réussit ce type de personnage. Il est passionné, dominateur mais également romantique. Et, sans vouloir tomber dans les clichés et les préjugés que l’on peut avoir, il incarne un super Russe! Fort et fragile, très amoureux, il est assez parfait y compris quand il se révèle imparfait, ce qui est une gageure! Les scènes entre eux sont forcément passionnées car ils ont tous les deux un tempérament de feu et ne négligeons pas non plus l »intensité des moments sensuels. Cela ne gâche rien.

C’est donc un second tome bien plus abouti que le premier. Il est fort, passionné et tendu, parfaitement rythmé par le déroulé de la saison de tennis de Sevi. Certains passages auraient sans doute pu être raccourcis et d’autres plus explicités comme les relations de Sevi et Ella avec leur père respectif. C’est un peu expédié. Mais la qualité de certaines scènes, l’intensité que Battista Tarantini parvient à insuffler à quelques dialogues ou de simples regards échangés emportent l’adhésion ; il en est de même de ces petits détails insignifiants apparemment mais qui marquent une histoire. Dans ce livre, c’est le rôle des rouges à lèvres. Je vous laisse découvrir tout cela.

D’après l’auteure, elle-même, il ne serait pas étonnant d’en savoir plus sur des personnages secondaires du roman. À suivre donc…

No Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *