Macaria tome 1 : l’or de la liberté de Kerberos

13 août 2016

received_10207266354842442Voici un livre étonnant et original, que malheureusement je n’ai pas pu apprécier à sa juste valeur à cause du langage utilisé et du vocabulaire d’origine. L’auteure est Québécoise et comme elle l’explique dans son prologue a volontairement utilisé un langage cru et des expressions de son pays. Je n’ai rien contre, sauf que si l’on veut faire découvrir son histoire, il vaut mieux l’adapter à la langue du pays que l’on vise parce qu’au final, la mauvaise compréhension et l’effort que j’ai dû effectuer sur certains passages pour les comprendre ont complètement pollué ma lecture.  Si le récit n’avait contenu que quelques expressions, mais non, ce sont des verbes, des adjectifs, des noms communs et ne parlons pas du langage imagé sexuel, parce que là je reconnais remercier l’auteure pour les fous rires.

Cette histoire a pourtant tout pour plaire, déjà le dépaysement avec le lieu, le vaste Canada dont on sent l’amour de l’auteure, puis les personnages. Kerberos a choisi des garous, mais qui sortent vraiment de l’ordinaire et fait appel à la mythologie d’une manière très intéressante. Ensuite, les caractères des différents personnages, humains ou hybrides, sont très bien travaillés. Chacun possède un trait de personnalité attachant ou irritant, mais tout ce petit monde permet lors des dialogues de donner du peps au récit. Ce petit groupe fonctionne parfaitement, et leur dynamique commune est une véritable plus-value pour l’intrigue et le récit en général, on ne s’ennuie jamais et l’on se laisse facilement entraîner sur la piste de ses chasseurs d’hybrides violents.

Sans être une romance dans le sens pur, il existe effectivement une relation entre le très bavard et fougueux Jonas et l’asocial et mystérieux Gabin. Ces deux-là sont les parfaits opposés et leurs interactions sont électriques d’autant plus qu’ils sont d’une certaine manière enchaînés l’un à l’autre. L’attraction sexuelle qui vibre continuellement entre les deux hommes offre quelques scènes très épicées (renforcées par le vocabulaire fleuri de l’auteure) qui s’introduisent sans problème dans l’intrigue qui est le centre d’intérêt finalement de ce premier tome.

Alors, même si je reconnais regretter pour les raisons déjà détaillées certains points de cette histoire, je reste sur une note positive. Mais je suggérerais à l’auteure de changer de cap pour la suite, ainsi que de se faire relire au niveau de l’utilisation des temps. Il reste des erreurs dans ce texte qui ajoutées au problème de langue risque de lui faire perdre un lectorat et ce serait dommage, car elle possède un véritable potentiel.

No Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *