Les Santelli Tome 3 de Victoria Lace

3 août 2016

coeurs en feuVictoria Lace poursuit tranquillement son chemin en nous offrant certes toujours des histoires de court format, mais avec une évolution dans l’écriture qui montre un véritable travail. Des personnages moins lisses, travaillés au niveau de la personnalité, et également une recherche afin de construire une intrigue plus complexe. Ce troisième épisode de sa série sur une fratrie est plus sombre que les précédents avec deux héros qui à la différence de ceux qu’elle affectionne ne sont pas de vrais « gentils ».

Miguel Velasquez a de l’ambition, beaucoup et pour cela il a renié une part de son intégrité, sans être un ripou véritablement, il a fermé les yeux sur certaines choses et en a manipulé d’autres pour rendre service à celui qui l’a hissé à son poste. C’est en faisant un écart justement à son métier qu’il a envoyé en prison Zach Santelli qui gênait les activités du protecteur de Velasquez. Sauf que pour sauver la vie d’un de ses hommes, il a dû accepter de payer de sa personne en devenant l’amant de Zach Santelli à sa sortie de prison, et ce, pour deux semaines. Les deux hommes ont déjà eu une courte relation (dans des circonstances très particulières) au moment de l’arrestation de Zach, l’attirance est donc bien présente et pas seulement physique.

Le problème c’est que malgré ce qu’il a pu faire, Zach n’est pas si Bad boy qu’il le semble, à la différence de Miguel, non seulement il affiche haut et fort d’être gay, mais il lutte à sa manière contre la corruption. Leurs ambitions sont différentes, les chemins qu’ils utilisent aux antipodes, l’attraction entre eux est indéniable, cependant leur façon de vivre et d’envisager leur avenir en tout point contraire.

Victoria Lace a beaucoup amélioré son écriture, un vocabulaire plus soigné, des événements mieux construits et plus développés. Elle n’en a pas pour autant oublié sa marque de fabrique que sont les scènes érotiques, cependant elle les utilise ici à bon escient, en mettant plus en évidence les sentiments et le rapprochement des deux hommes. Elle utilise le POV à deux voix pour bien montrer l’évolution de la relation et la manière dont chacun des deux hommes se questionne.

Le seul point vraiment faible restant peut-être la conclusion, il fallait un happy end pour satisfaire les lectrices, cependant les manquements de Miguel Velasquez sont un peu trop vite effacés à mon goût. Méritait-il vraiment cette fin ? Selon moi, non.

Phalusia

No Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *