Petit Bilan des RITA Awards 2016

17 juillet 2016

Il y a quelques années ce moment de l’année était un des plus importants pour les auteurs de romance. Pendant quelques jours, chaque année dans une ville différente des Etats-Unis, les auteurs de romance se retrouvaient pour plusieurs jours de dédicaces, conférences, séminaires et surtout la remise de prix qui sont encore considérés comme les plus prestigieux de la romance. Sur le modèle des oscars, en mars, sont annoncés les nommés et à l’issue des quelques jours de convention, le nom des vainqueurs dans les différentes catégories sont révélés. Ils reçoivent alors le fameux RITA, une petite statuette lors d’une soirée de prestige. Il existe même une double compétition. À côté des auteurs déjà édités professionnellement, concourent des auteurs amateurs, à la recherche d’une chance d’édition. Pour terminer cette présentation, rappelons que les auteurs s’affilient à cette association des auteurs de romance américains et ont, dans, chaque état, un « chapter » c’est à dire une antenne de l’association. Le petit ( ou gros) problème des RITA est justement là: de nombreux auteurs révélés depuis 2011 ou 2012 n’ont que faire de cette vénérable institution et ne s’affilient pas, pipant donc les résultats de façon notable. Ils l’étaient déjà avant, reconnaissons-le, puisque cette institution vénérable récompensait sur le modèle des Oscars certaines maisons d’édition plus que d’autres, certains auteurs…Ainsi, Nora Roberts, dont le rôle a toujours été fondamental dans cette association recevait un prix absolument tous les ans, parfois plusieurs.

Cette année, les catégories ont été changées ( encore une fois) et les résultats montrent les efforts des organisateurs pour ne pas devenir une institution « d’anciennes » auteurs. Alors, il n’y a aucun mal à recevoir un prix pour son trentième livre ni de survoler la compétition à plus de soixante ans mais il faut aussi noter que ceux qui marquent la romance, notamment contemporaine, depuis quelques années, sont bien plus jeunes, loin de cette institution qui ne leur a jamais facilité le travail et obtiennent des succès phénoménaux sans avoir jamais reçu un RITA.

Quels sont donc les résultats de cette année?

Même si ils révèlent une volonté de changer un peu, ils restent marqués par le décalage entre ce que le public plébiscite et ce que cette association promeut.

  • kgzdhyrm2016 RITA Award: Romance ( format nouvelle)
    Nice Girls Don’t Ride de Roni Loren ( Penguin)

 

 

 

  • mzbcmqsz2016 RITA Award: Contemporary Romance: Long
    Brokedown Cowboy de Maisey Yates ( Harlequin)

 

 

 

  • gzkfhjgw2016 RITA Award: Romance YA ( young adult)
    The Anatomical Shape de a Heart Jenn Bennett ( MacMillan)

 

 

 

  • bghjvvrx2016 RITA Award: Romance historique ( long)
    Tiffany Girl de Deeanne Gist ( Simon&Schuster)

 

 


  • cfbmbvnr2016 RITA Award: Romantic Suspense

    Flash Fire de Dana Marton ( auto-publiée)

 

 

 

  • dzrqgbyc2016 RITA Award: Romance paranormale
    Must Love Chainmail de Angela Quarles ( auto-publiée)

 

 

 

  • zrjffrys2016 RITA Award: Romance érotique
    For Real: A Spires Story de Alexis Hall ( Riptide)

 

 

 

  • zdzfccfp2016 RITA Award: Romance historique ( court)
    It Started with a Scandal by Julie Anne Long ( Harper&collins, Avon)

 

 

 

  • wkdfbtlw2016 RITA Award : Romance inspirationnelle
    A noble Masquerade de Kristi Ann Hunter ( Bethany House)

 

 

 

  • sbllsjxw2016 RITA Award: Romance contemporaine ( court)
    The Nanny Plan by Sarah M. Anderson ( Harlequin)

 

 

 

  • ycfhkgck2016 RITA Award: Romance contemporaine ( format moyen)
    Him de Sarina Bowen and Elle Kennedy ( auto-publiée)

 

 

 

  • spjhjdxy2016 RITA Award: meilleur premier livre.
    Pintip Dunn Forget Tomorrow de Pintip Dunn ( Entangled Publishing)

 

 

 

 

Quels enseignements peut-on tirer de ce palmarès?

  • Tout d’abord, remarquons le nombre non-négligeable d’auteurs auto-publiées. Ils ne sont que trois mais dans des catégories plutôt prestigieuses comme la romance paranormale et la romance contemporaine.
  • Le fait que plusieurs romances récompensées soient des MM. C’est le cas de l’excellent Him des non moins excellentes Sarina Bowen et Elle Kennedy. Il cumule celui-ci, puisqu’il est auto-publié! Rappelons aussi que faire de la meilleure romance contemporaine de l’année un MM est assez exceptionnel. C’est aussi le cas de la romance érotique de Alexis Hall, publiée chez un petit éditeur qui est à la fois une romance bdsm et un MM, pas vraiment commun aux RITA.
  • Le découpage des catégories paraît aussi de plus en plus contestable avec ces formats longs, courts ou moyens qui permettent surtout de récompenser plus de livres qui seraient en concurrence et de récompenser Harlequin, plus souvent!

Nous sommes encore dans une récompense un peu décalée. Où sont les Colleen Hoover, les grandes auteurs de romances contemporaines qui atteignent régulièrement le sommet du classement du New York Times ou du USA Today et qui ont publié d’excellents romans?

Terminons en disant que Robyn Carr a reçu une récompense pour l’ensemble de son oeuvre.

Bravo à toutes celles qui ont été récompensées et notamment à Sarina Bowen et Elle Kennedy que j’adore! Quant à moi, à de rares exceptions, je continuerai à chercher nos meilleurs livres dans tenir compte des choix de la RWA!

L’année prochaine la convention se tiendra en juillet à Orlando en Floride.

No Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.