We shouldn’t and Yet…de Stephanie Witter

28 juin 2016

we shouldn'tCe livre a été une agréable surprise. Je l’ai commencé sans grande conviction et s’il ne remportera aucun prix de meilleure romance de l’année, il a le mérite d’aller bien au-delà de la première impression qu’il donne.

Le résumé en effet insiste sur un détail qui peut le faire passer pour l’une de ses petites romances très axées sur l’aspect sulfureux : le héros est le père du meilleur ami de l’héroïne. L’histoire pourrait prendre un aspect vite glauque car Hal, le fils est très attirée par Aideen. Ils sont allés à l’université ensemble et ont maintenant vingt-deux ans. Aideen a délibérément cherché à s’éloigner du cercle familial en trouvant un emploi près de chez Hal. C’est à cette occasion qu’elle va rencontrer le père du jeune homme. Jensen est le mâle alpha dans toute sa splendeur. C’est aussi un ancien militaire qui est revenu blessé physiquement et psychologiquement d’un déploiement. Il boit beaucoup, accumule les conquêtes d’un soir. Il est encore jeune et a noué une relation fragile et bizarre avec son fils dont il n’a appris l’existence que très peu de temps auparavant.

Il y a de la substance dans ce roman et pas simplement un jeu un peu pervers sur la relation d’une jeune femme avec le père d’un garçon qui pourrait devenir son boy-friend. Malgré son jeune âge, Aideen est plutôt mature car elle a connu des moments difficiles qu’elle continue de tenter de gérer. Jensen est en souffrance lui aussi et il a beaucoup à faire pour trouver son chemin dans la vie. L’attirance sexuelle qu’ils éprouvent l’un pour l’autre est immédiate et dévorante.

C’est un peu le point faible du livre. Les scènes de sexe sont nombreuses graphiques et longues. Ce n’est pas désagréable en soi mais parfois on aimerait davantage de discussions encore netre les héros et des rebondissements un peu moins prévisibles. L’auteure joue sur le côté secret et potentiellement blessant pour beaucoup de gens de la relation de ses héros. C’est sympathique mais cela pourrait aller plus loin.

Il n’en reste pas moins qu’on se prend à tourner les pages avec plaisir et que, encore une fois, ce n’est pas la romance la plus fine ni la plus originale du monde mais un très agréable moment de lecture sensuel et rythmé.

No Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *