Be mine de N.C. Bastian

22 mai 2016

be mineVoilà un roman qui m’a vite attirée : il se déroule dans un milieu très à la mode aux Etats-Unis, celui des bikers et permet de mettre en place des situations qui oscillent entre la romance et le romantic suspense ou qui basculent parfois dans le thriller. C’est un contexte très particulier et parfois difficile à mettre en place mais l’auteure s’est bien tirée de cette partie de son roman, nous plongeant dans le Dakota où vivent les groupe de bikers auquel appartient le héros. Pourtant, malgré cela, l’histoire est une déception globale.

Tout commence assez laborieusement avec une héroïne, Kim, qui retourne après cinq ans d’absence auprès de son grand-père, l’ex président du groupe. Kim a passé ces années en France après avoir quitté son copain de l’époque, un apprenti biker, Alex. L’affaire s’est très mal terminée et le retour s’annonce compliqué pour Kim, surtout qu’il sera inévitable pour elle de ne pas croiser Alex. La première question qu’on se pose est pourquoi revient-elle ? Elle a vingt-deux ans et l’âge de ne plus obéir à des injonctions mais c’est un détail. Le problème est que ce genre d’éléments qui fonctionnent plus ou moins bien va se succéder. Dès le début, il y a une rencontre avec un autre homme homme qui relève de la coïncidence la plus improbable. Toute l’intrigue repose également sur de gros problèmes de communication qui ont commencé cinq ans auparavant et qui continuent dans le présent. Kim refuse absolument de discuter avec Alex alors que de toute évidence, ce qui s’est passé n’est pas si clair.

L’auteure est alors obligée de nous fournir des tonnes de justifications et d’explications alambiquées au comportement de ses héros qu’on peine à suivre parfois. Un seul exemple : est-il logique qu’un biker qui sait que pèsent des menaces indéfinies sur son club décide précisément à ce moment-là qu’il faut s’éloigner de la sécurité que celui-ci offre ?

Pourtant, on a envie d’aimer ce roman et de suivre les rebondissements qui émaillent le récit. On sent que l’auteure a été fascinée par ce milieu et connaît probablement la série {Sons of Anarchy} car un héros qui trouve refuge sur le toit de son garage, par exemple, nous en rappelle un autre. Mais, on finit par lever les yeux au ciel à force de maladresses ou décisions très étonnantes, pour ne pas dire autre chose des personnages. Et que dire des passages un peu délirants sur une « quête intérieure » des héros?

Terminons en parlant de Kim et Alex qui partagent une liaison orageuse comme vous l’aurez compris mais également passionnée. Ce sont eux qui permettent d’apprécier l’histoire. Quand on oublie leurs erreurs de jugement et les fragilités de l’intrigue, il y a de jolies scènes sensuelles entre eux. Mais cela ne suffit pas forcément. Ils sont tous les deux un peu faibles : elle, entêtée à un point rare ce qui la conduit à de graves erreurs et lui, pas toujours très impressionnant. L’auteure n’a pas vraiment choisi de mettre en évidence le côté bad boy qu’on peut trouver chez les bikers, sauf à de rares moments.

Le roman était prometteur mais l’auteure aurait gagné à travailler son intrigue avec plus de soin, à amener les rebondissements avec plus d’habileté. Les constants flashbacks aussi sont pesants et ralentissent le rythme. Le choix de faire s’exprimer Kim puis Alex dans une seconde partie est plutôt bon mais il fait revenir sur des passages que nous connaissons déjà parfois. Kim reprend la parole à la fin. Quant à l’écriture, elle est correcte sans plus. Je pense que ce roman par l’originalité du contexte peut séduire mais il y a de bien meilleurs livres à lire y compris en français sur les bikers.

No Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *