Stuck- up Suit de Vi Keeland et Penelope Ward

12 avril 2016

STUCK-UP-SUIT-smVi Keeland et Penelope Ward forment un duo diabolique. Elles ont une écriture plutôt différente mais très complémentaire et elles peuvent se rejoindre sur quelques points forts communs comme les dialogues et cela donne cette romance sans prétention mais réussie de bout en bout. En toute honnêteté, il y a quelques faiblesses mais tellement de passages réussis à la perfection qu’on dévore cette petite perle de la romance contemporaine.

Les deux complices n’en sont pas à leur coup d’essais. Elles avaient déjà écrit un excellent livre, Cocky Bastard, auquel d’ailleurs elles font un clin d’oeil très amusant dans le roman ( il y a même un autre clin d’oeil à Step-brother de Penelope Ward). Elle réitère ici l’exploit avec une histoire totalement nouvelle. Le roman est de plus indépendant, ne fait partie d’aucune suite et c’est très bien comme ça. Et ça commence sur les chapeaux de roue avec une scène d’entrée brillantissime et une idée de génie.

Graham J. Morgan est un connard de la pire espèce dans les critères de Soraya. Un matin dans le train, en route pour son travail au cœur de New York, Soraya va le découvrir braillant des ordres dans un téléphone. Il est beau, visiblement très riche, hyper désagréable, pas du tout le genre de Soraya qui exerce un métier qui ne lui plaît pas trop et teint le bout de ses mèches de cheveux de couleurs différentes en fonction de son humeur. Mais Graham va perdre son téléphone, Soraya va le ramasser et …l’histoire commence !

La première partie est un véritable feux d’artifices de dialogues plus amusants les uns que les autres qui permettent de découvrir Soraya. Elle n’a pas sa langue dans sa poche, se trimballe un sacré caractère et Graham va vite s’en apercevoir. Mais comme il n’est pas du tout hostile à la nouveauté et adore qu’on le surprenne, il va se révéler très ouvert à la discussion avec elle. Que ce soit par textos, en direct, ou par tous les autres moyens possibles, vous allez découvrir un couple qui se cherche, qui joue avec les mots, n’hésite pas à faire des blagues graveleuses sans jamais tomber dans la vulgarité. C’est vif, ils sont adorables avec peut-être une mention spéciale pour Soraya qui vibre de vie dans cette première partie.

Et puis comme souvent, avec ces deux auteurs, surtout Penelope Ward, la seconde partie va révéler des éléments bien plus profonds et complexes. Ce qui avait commencé comme une pure comédie va s’enrichir avec des émotions profondes, celles que nos deux héros vont éprouver. Tous deux ont un vécu familial un peu compliqué qui leur a donné une certaine méfiance par rapport à l’engagement et une profonde attraction pour une vie de famille chaleureuse. En toute honnêteté, on sent qu’on a changé d’auteurs et certains détails sont oubliés ou passent à la trappe. Ce sont heureusement des points peu nécessaires à l’intrigue et comme le ton conserve encore de l’humour, ce mélange d’émotion et de rebondissements un peu tirés par les cheveux fonctionnent totalement.

En fait, ce mélange qui pourrait être totalement bizarre et donner un roman disparate permet d’offrir une large palette d’émotions et de plaisirs qu’on trouve dans la romance contemporaine, chaque auteure apportant son considérable talent dans son domaine de prédilection. Les fans des auteurs reconnaîtront qui a écrit quoi.

La romance contemporaine, quand on lit des livres comme ça, est un pur bonheur et cela semble tellement facile en plus tellement le texte est aisé et bien écrit. Ca ne l’est certainement pas mais ce choix d’écrire à deux montre ici toutes ces potentialités. Vivement qu’elles recommencent U

Le résumé:It started out like any other morning on the train. Until I became mesmerized by the guy sitting across the aisle. He was barking at someone on his phone like he ruled the world. Who did the stuck-up suit think he was…God? Actually, he looked like a God. That was about it. When his stop came, he got up suddenly and left. So suddenly, he dropped his phone on the way out. I might have picked it up. I might have gone through all of his photos and called some of the numbers. I might have held onto the mystery man’s phone for days—until I finally conjured up the courage to return it. When I traipsed my ass across town to his fancy company, he refused to see me. So, I left the phone on the empty desk outside the arrogant jerk’s office. I might have also left behind a dirty picture on it first though. I didn’t expect him to text back. I didn’t expect our exchanges to be hot as hell. I didn’t expect to fall for him—all before we even met. The two of us couldn’t have been any more different. Yet, you know what they say about opposites. When we finally came face to face, we found out opposites sometimes do more than attract—we consumed each other. Nothing could have prepared me for the ride he took me on. And I certainly wasn’t prepared for where I’d wind up when the ride was over. All good things must come to an end, right?

Wrap Up

  • 9.5/10

Pros

Cons

No Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.