Un voisin si craquant , la fin de Léna Forestier

4 février 2016

un voisin si craquant, la finPas facile de deviner où Lena Forestier allait nous embarquer quand cette trilogie a commencé. Ce dernier opus est surprenant comme toute la saga d’ailleurs, autant par sa construction que par sa façon de traiter l’histoire.

Tout a commencé avec la rencontre de deux voisins, à Lyon, Maxence et Armelle. La jeune femme était particulièrement intéressante, en train de changer un sens à sa vie, de l’assurance aussi, pour cette jeune femme à la taille hors-norme. La première partie laissait un peu sur sa faim, la seconde semblait enterrer définitivement l’espoir de vie commune entre Maxence et Armelle. Et le troisième opus est surprenant, il commence huit ans après la fin de la seconde partie. Cela laisse le temps à bien des malheurs et des bonheurs d’arriver pour nous deux héros.

Armelle est devenue documentariste. Elle vit seule, séparée de celui qui est encore son mari et elle n’a jamais revu Maxence. Elle est en plein travail en Irlande, pendant un été lorsque le hasard, extraordinaire va la remettre en présence de son ex amant. C’est avec en toile de fond ce beau pays et la figure emblématique d’une femme révolutionnaire, que se déroule cette dernière partie.

Alors que l’ensemble de la trilogie couvre plus d’une dizaine d’années, tout va souvent très vite dans les parties. L’auteure prend aussi toujours le temps de soigneusement préparer le terrain avant de remettre ses deux personnages en présence l’un de l’autre. C’est un peu la frustration de cette trilogie. Maxence et Armelle vont bien ensemble, il n’y a qu’elle et lui, pendant un temps, pour en douter. On les voit en fait rarement ensemble, chacun enfermé dans son parcours personnel. Cela rend la romance un peu différente, décalée. Ici, c’est plus l’évolution générale d’une vie à laquelle vient se rajouter l’amour que l’inverse. Armelle a mis du temps à trouver sa place professionnelle, personnelle. L’amour n’arrivera qu’après finalement.

Il est très inhabituel aussi d’avoir des héros aussi mûrs. Dans cette troisième partie, ils ont plus de quarante ans, donc forcément, d’autres objectifs que de très jeunes héros. Lena Forestier s’en sort bien mais elle emprunte, c’est évident, un chemin bien moins fréquenté que d’autres. C’est plus audacieux et original mais moins facile. Quant à son héroïne, Armelle, c’est un beau portrait de femme. Elle est quelqu’un d’indépendant et de solide, farouche même, qui a du mal à concéder quoi que ce soit.

Pour compléter son histoire, Lena Forestier a ébauché l’histoire de jeunes ados. Le fils de Maxence et les nièces d’Armelle jouent un rôle important et pourraient avoir droit eux aussi à quelques lignes supplémentaires car il reste des pistes non abouties à leur propos.

Voilà donc une série étonnante, loin des séries à la mode en ce moment, à découvrir justement pour cela.

Wrap Up

  • 7/10

Pros

Cons

No Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.