Sexy, barbu et écossais de Elizabeth Crest

5 février 2016

sexy barbu et écossaisOn connaît le charme des Ecossais dans la romance, même lorsqu’elle est contemporaine, il était donc tentant d’aller voir ce que nous réservait cette nouvelle auteure de HQN. Le résultat est un peu mitigé mais est aussi très prometteur.

Mack est donc Ecossais mais il est surtout un acteur très connu qui vit la plupart du temps à Los Angeles. Lors d’un passage au pays, il va tomber sur Annette qu’il surnomme très vite Anetta, une jeune photographe d’origine irlandaise. Pour lui, l’attraction est immédiate, pour elle aussi, même si elle va soigneusement cacher son jeu. Pour nous, c’est le début d’une relation explosive avec deux fortes personnalités qui s’affrontent souvent et spectaculairement. Cette partie du roman est franchement réussie. Mack est très attiré et a beaucoup de mal à comprendre qu’Anetta lui résiste et n’ait pas reconnu en lui la star qu’il pense être. Les échanges tendus, souvent drôles, le sens de la répartie et le fort caractère d’Annette sont très efficaces.

Le reste est à la fois prévisible est surprenant. Ainsi, l’âge des héros tranche avec les habituels très jeunes personnages que l’on croise dans la romance. Mack est un viril et solide gaillard de plus de quarante ans et Annette se rapproche de cet âge également. Ils n’en ont pas l’air, avec des problèmes de gens encore jeunes dans la vie. C’est parfois un peu déstabilisant. L’ intrigue stagne un peu aussi. On comprend très vite le problème entre eux et cela va tourner un peu en rond. Certes, Annette a bien des raisons de résister, mais justement qu’est-ce qui la fait tant tergiverser ?

L’auteure aborde aussi, lors du récit un problème qui interpelle. Annette est irlandaise et issue d’une famille très catholique. Elle est pratiquante et cela joue un rôle important dans sa vie. Cela correspond à une réalité irlandaise qui n’est pas exploitée davantage mais qui aurait mérité de l’être. De plus, si cela est un handicap à la relation qu’elle a avec Mack, la solution est trouvée si vite et si simplement, à la fin, qu’on se demande pourquoi cela a trainé autant.

Il y a parfois, dans le récit, ces baisses de régime ou de cohérence, qui font que l’auteure, parfois, nous perd un peu. C’est dommage. Mack est plutôt réussi en Ecossais, rugueux, viril à mort avec ses poils et son corps massif. Annette est moins convaincante, curieusement molle par moment alors qu’elle a son caractère.

Au final, l’auteure fait des débuts intéressants, qui montre sa capacité à écrire une romance moderne et dynamique, mais il y a une marge de progression évidente encore. La passion aurait dû grésiller aussi dans une telle histoire mais elle souffle plutôt discrètement. Il reste l’Ecosse et la belle ville d’Edimbourg en arrière-plan, et de ce point de vue, c’est parfait.

Wrap Up

  • 6.5/10

Pros

Cons

No Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.