Chérir – Diary of Rebirth – 2 de Bridget Page

17 février 2016

chérirA peine terminé le premier tome, j’ai enchainé sur le second de la trilogie de Bridget Page. Si je reste globalement impressionnée par ce qu’elle a réalisé, mon avis demeure mitigé sur ce tome parfois pour les mêmes raisons que le premier.

L’histoire reprend là où elle s’était arrêtée, dans le journal qui raconte la renaissance d’Annabelle. Elle a parcouru déjà pas mal de chemin. Rappelons que cette jeune a femme a  subi un épouvantable calvaire à un très jeune âge, aux mains de quatre individus. Depuis, elle n’a plus jamais été elle-même et vit, recluse ; lors du premier tome, c’est cette réclusion et le fait qu’elle a juré ne plus rien à voir à faire avec les hommes qui est totalement remis en cause. Annabelle va sortir de sa bulle pour en retrouver une autre, celle qui va se créer autour de Greg, un homme d’affaires.

La relation qui se développe entre Annabelle et Greg est très jolie et sans aucun doute un des points forts de la trilogie et particulièrement de ce second tome. Fini l’homme odieux ( et caricaturé) du début du premier opus. Il a totalement compris Annabelle, s’est donné pour mission de la sortir du trou où le drame l’a plongée. Cette dévotion, cette patience sans limite, cet amour intense, chez un homme présenté comme étranger à tous ces sentiments sont admirables à observer et cela fonctionne. L’histoire évolue entre ces deux là autant du point de vue de leurs sentiments réciproques que des soucis psychiques de la jeune femme. Très réussie aussi est l’évolution de l’intrigue notamment la partie suspense. Les agresseurs d’Annabelle n’ont jamais été confondus puisqu’elle-même n’a jamais vraiment collaboré avec la police à ce sujet. On peut sursauter sur les moyens illimités de Greg et de ses hommes pour faire avancer les choses et la facilité avec laquelle ils y parviennent mais il y a du rythme, de l’action même.

J’ai été moins convaincue par d’autres aspects du roman. Il y a des longueurs, des lignes et des lignes où l’on rappelle un peu les mêmes choses. Les dialogues sont un peu faibles et trop rares au profit de longues introspections parfois ennuyeuses, ou à la limite de la complaisance. Il est bien de ne pas adoucir le drame d’Annabelle et d’utiliser totalement cette bonne idée. C’est un peu dérangeant parfois d’y revenir longuement et sans subtilité. Je n’avais pas été convaincue non plus par certains personnages qui s’annonçaient caricaturaux et qui en effet, le sont ! Ava, l’ex m’a fait penser à certaines psychopathes qui se révèlent tardivement dans les Barbara Cartland. C’est vraiment dommage. Le style parfois un peu ampoulé manque de naturel également, notamment dans les dialogues entre Annabelle et Greg qui parfois s’expriment dans un langage châtié et fleuri qui ne sonne pas naturel du tout.

Il n’en reste pas moins que le roman se tient, que l’auteure maitrise son sujet même si l’histoire aurait mérité quelques aménagements. L’édition de ce roman auto-édité est également de grande qualité, fait que je souligne car il existe trop de livres électroniques édités ou auto-édités qui sont dans un état lamentable. Il est prouvé ici qu’il est possible de vendre un travail digne de ce nom même lorsqu’on s’auto-édite. Que cela serve d’exemple !

Quant à moi, je lirai la fin de cette trilogie même si je pense que je resterai chiffonnée par certains aspects. L’auteure a du potentiel même si son style et ses choix en sont pas forcément ceux que je préfère.

Wrap Up

  • 6.5/10

Pros

Cons

No Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.