Beat – Life on stage – 2 de Vi Keeland

14 février 2016

beatVi Keeland va sans doute devenir une de mes auteures préférées même si ce roman n’est pas parfait, elle est si douée qu’elle vous fait avaler sans trop de problèmes les petites facilités qu’il y a dans son histoire. Rien n’est original, elle reprend des thèmes hyper classiques de la romance mais les utilisent au mieux en mélangeant dialogues pleins de tension sexuelle et d’humour et héros à tomber par terre.

Cette fois, il s’appelle Flynn et est une étoile montante de la scène rock. Il était l’amoureux éconduit du premier livre de cette série mais on peut très bien se passer de le lire pour suivre cette histoire. Son groupe est appelé à faire la première partie d’un autre, bien plus célèbre. C’est comme ça qu’il va rencontrer Lucky, la petite amie du leader du groupe dont ils doivent faire la première partie. Le problème est immédiatement posé : Flynn va devoir s’imposer, séduire la copine d’un autre homme et se battre pie à pied pour ça. Ce n’est pas vraiment un triangle amoureux car le copain de Lucky est plus un rêve de jeunesse qu’un véritable amour. Lucky vit avec le chanteur qu’elle adorait adolescente. Elle est également chanteuse même si elle n’arrive pas à le faire en public et elle appartient à une famille de musiciens célèbres.

Le contexte est le classique voyage à travers de nombreuses villes des Etats-Unis dans le bus du groupe en tournée. Par un concours de circonstances, Lucky et Flynn vont s’y trouver tous les deux en compagnie de Dylan, le copain de Lucky. La situation est donc assez compliquée, la relation qui se développe très tabou.

Vi Keeland utilise à fond cela. Son gros point fort est de construire des héros assez parfaits. Flynn l’est. Non seulement, il superbe et chante comme un dieu mais il est fondamentalement gentil et très patient. Il adore aussi sa petite nièce ce qui donne des scènes qui fonctionnent à chaque fois où un playboy se met en quatre pour une petite gamine. C’est adorable et redoutablement efficace. De même, les dialogues laissent une large place à l’humour et à la tension sexuelle. Flynn est un charmeur et il déploie tout son talent à de nombreuses reprises : sous-entendus, sens de la répartie, phrases percutantes, il a tout l’arsenal et cela fonctionne à merveille. Un des points faibles du livre est que Lucky est peut-être moins réussie. Nous avons droit à l’habituelle indécision et lâcheté que certains personnages féminins développent, incapables de choisir entre deux hommes alors qu’il est évident que l’un est bien mieux que l’autre. Lucky met sans doute un peu trop de temps à être honnête mais ce n’est pas très grave. L’histoire est bien ficelée et Lucky a des excuses, on peut adhérer à sa façon de fonctionner.

L’histoire est très rythmée aussi. Si les rebondissements sont loin d’être imprévisibles, ils sont très bien amenés et on ne s’ennuie pas une seconde dans ce roman. Le contexte hyper efficace du milieu des rockers, des fans, de la musique qu’on joue sur scène et qu’on créé ensemble est également bien présent.

Vi Keeland a un vrai talent pour la romance contemporaine qui ne se prend pas la tête. Elle ne renouvelle pas le genre mais n’en a pas l’ambition, elle a parfois quelques facilités mais franchement, ce sont des détails face à la qualité du récit. Il est évident que je vais suivre ses parutions avec la plus grande attention. Parmi les personnages secondaires du livre, il y a la place pour d’autres livres. Qui sait si elle n’y reviendra pas un jour ? Pour le moment, je vais me contenter d’explorer sa backlist.

Wrap Up

  • 9/10

Pros

Cons

No Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.