Recipes for Melissa de Teresa Driscoll

9 janvier 2016

 

recipes for melissaVoilà un roman tendre et très sensible écrit par une journaliste britannique dont c’est le premier roman édité. Teresa Driscoll nous amène auprès de trois personnages, un père , sa fille et leur femme et mère. Celle-ci est décédée très jeune d’un cancer laissant un mari éploré et une petite fille très triste. Les années ont passé et Melissa, la petite fille a bien grandi. Elle vient d’avoir vingt-et-un ans. A sa grande surprise, un homme de loi va lui donner un carnet/livre écrit par sa mère dans les mois qui ont précédé son décès.

Le livre est au cœur du roman et a une valeur toute particulière. C’est sans doute l’idée la plus jolie, tendre et douloureuse du roman. Eleonor, la mère de Melissa veut transmettre beaucoup à sa fille. Elle a vite compris que sa maladie priverait de mère sa fille et elle veut laisser des traces, des conseils car qui sera là pour le faire à sa place ? Alors, elle y met beaucoup de choses, des souvenirs, des explications sur la maladie, des recettes de cuisine ( ce sont elles qui donnent le titre au roman). Cette idée simple et belle va cependant plus loin. Ce cahier a une autre fonction que Melissa va progressivement découvrir. Le personnage de Eleonor se dessine peu à peu, tendre, passionnée, mère attentive et faillible. Son portrait issu de ses recettes et de ses propos, mais également de flashbacks, est très émouvant car sa vie a été injustement raccourcie.

C’est un des points forts du roman. Tous les personnages sont attachants. Max, le père de Melissa est aussi à un moment important de sa vie de veuf. La jeune femme, amoureuse d’un ami d’enfance, doute elle aussi de son avenir. Elle vient inexplicablement de refuser sa demande de mariage plongeant celui-ci dans un abime de doute. Nous les suivons tour à tour, unis par le livre d’Eleonor, mais communiquant peu car personne ne veut faire de peine à l’autre.

Le roman est un lent parcours de ce moment de quelques semaines seulement qui va pourtant tout changer. Le ton est doux amer, éclairé par les souvenirs joyeux de vacances en Cornouailles et de la vie familiale. Cela sent bon la cuisine aussi à travers les recettes annotées d’Eleanor. Et il y aussi ce poids de cette mort qui continue à peser sur le père et la fille. Plane également l’étrange mystère de quelques pages collées dans le livre.

Le ton est très anglais, le rythme un peu lent et malgré le sujet douloureux, il manque une pointe d’émotion pour totalement convaincre mais les idées sont belles et ces personnages évoqués avec tendresse et empathie sont très intéressants.

Wrap Up

  • 7.5/10

Pros

Cons

No Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.